Bordeaux approuve six nouveaux cépages pour lutter contre le changement climatique

Changement climatique : cépage

Alors que le changement climatique continue d’affecter l’industrie viticole française, les vins de Bordeaux que nous connaissons et aimons peuvent être différents, mais au moins la région se prépare activement à sa survie. En 2019, la région viticole la plus connue au monde a peut-être proposé d’ajouter sept nouveaux cépages aux six cépages rouges et huit blancs déjà autorisés à être utilisés dans les bouteilles de Bordeaux. Toutes les nouvelles suggestions ont été spécifiquement choisies pour leur potentiel à s’épanouir même dans les conditions moins hospitalières causées par le réchauffement climatique.

Malgré des générations perpétuelles de tradition, hier, l’Institut National de l’Origine et de la Qualité (INAO) de France a officiellement approuvé six de ces nouvelles variétés, avec des plantations autorisées dès cette saison à venir. La décision est présentée par le Conseil du vin de Bordeaux (CIVB) comme « l’aboutissement de plus d’une décennie de recherches menées par des oenologues et des viticulteurs de Bordeaux pour lutter contre l’impact du changement climatique grâce à des mesures hautement innovantes et respectueuses de l’environnement ».

es variétés nouvellement approuvées sont quatre rouges – Arinarnoa, Castets, Marselan et Touriga Nacional – et deux blancs – Alvarinho et Liliorila – qui sont tous décrits comme « bien adaptés pour atténuer le stress hydrique associé aux augmentations de température et aux cycles de croissance plus courts ».

L’arinarnoa est un croisement entre le Tannat et le Cabernet Sauvignon créé en France en 1956. Le Castets est un cépage originaire de France décrit comme un « cépage bordelais longtemps oublié ». Le Marselan est un croisement entre le Cabernet Sauvignon et le Grenache développé en France en 1961. Et le Touriga Nacional est un cépage tardif d’origine portugaise. En parlant de cela, Alvarinho est le nom portugais d’Albarino, ce qui fait potentiellement de ce nouveau blanc la variété la plus connue du groupe. Et enfin, Liliorila est un croisement entre le baroque et le chardonnay, qui aurait été créé en France également en 1956.

Fait intéressant, le Petit Manseng – un cépage blanc à maturation tardive populaire dans le sud-ouest de la France et souvent utilisé dans les vins de dessert – faisait partie de la liste 2019, mais n’a pas fait la coupe finale. Un porte-parole du CIVB m’a dit que l’INAO a décidé que le cépage était trop « emblématique » de ses origines Pyrénées-Atlantique et a choisi de ne pas autoriser sa production à Bordeaux dans un effort pour protéger la spécificité des régions viticoles du pays (similaire à la façon dont l’INAO ne t permettre à Bordeaux d’utiliser les cépages Pinot Noir ou Chardonnay emblématiques de la Bourgogne).

Quoi qu’il en soit, le Petit Manseng n’était pas le seul : le CIVB affirme que plus de 52 variétés ont été examinées au cours de la dernière décennie de recherche, ce qui signifie que le Petit Manseng était simplement le dernier raisin à être envoyé en colis.

Ces six nouveaux cépages rejoignent les cépages précédemment approuvés de Bordeaux (que tout amateur de vin a mémorisé, n’est-ce pas?): les rouges étant Cabernet Sauvignon, Cabernet Franc, Merlot, Malbec, Carmenere, Petit Verdot, et les blancs étant Sémillon, Sauvignon Blanc, Sauvignon Gris , Muscadelle, Colombard, Ugni Blanc, Merlot Blanc et Mauzac.

Cela dit, les nouveaux cépages sont toujours officiellement répertoriés dans les directives nationales comme « nouvelles variétés d’intérêt pour l’adaptation au changement climatique », un groupe tertiaire derrière les cépages « principaux » et « supplémentaires ». (Leur statut sera à nouveau revu dans 10 ans, selon un porte-parole du CIVB.) En tant que tel, l’utilisation des nouveaux raisins est limitée : les vignes ne peuvent représenter que jusqu’à 5 pour cent de la superficie plantée du vignoble et ne peuvent pas représenter plus de 10 pour cent d’un assemblage de vin. Fait intéressant, comme le souligne le CIVB, cette dernière règle signifie qu’en raison des règles d’étiquetage existantes en France, ces nouvelles variétés n’apparaîtront pas sur les étiquettes de Bordeaux. Ainsi, leur travail pour lutter contre le changement climatique restera relativement peu crédité pour le moment.

En annonçant le changement, le CIVB a ajouté que le changement climatique a déjà provoqué un changement dans lequel les vignobles de raisins favorisent, citant spécifiquement l’exemple selon lequel le Petit Verdot à maturation tardive a vu ses plantations bondir de 191% à partir de 2018.

Pendant ce temps, le CIVB affirme que les nouveaux raisins ne sont qu’une des nombreuses façons dont la région s’adapte pour s’adapter aux conditions météorologiques modernes. D’autres changements œnologiques et agronomiques « incluent l’adaptation des bonnes pratiques aux besoins de chaque millésime, comme la taille retardée ; l’augmentation de la hauteur du tronc de vigne pour réduire la surface foliaire ; la limitation de l’effeuillage pour protéger les raisins du soleil ; l’adaptation des parcelles pour minimiser le stress hydrique ; la nuit la récolte et la réduction de la densité des plantes », a écrit le conseil. Et de conclure : « Les vignerons bordelais s’organisent pour continuer à proposer aux consommateurs des vins aromatiques, équilibrés et de qualité.

(Visited 2 times, 1 visits today)

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *